aazsante.fr

Le Plus Grand Portail De La Santé Et La Qualité De Vie.

Nombre de décès dus au sida a diminué de 24% entre 2005 et 2011, selon l'ONU

Nombre de décès dus au sida a diminué de 24% entre 2005 et 2011, selon l'ONU

Selon le rapport Ensemble, nous mettrons fin au sida publié mercredi par les Nations Unies, le nombre de décès dus au sida dans le monde a chuté de 24% entre 2005 et 2011. En 2005, environ 2,2 millions de personnes sont mortes de la maladie. Déjà en 2011, le nombre de décès dus au même problème était de 1,7 million de personnes. Au Brésil, où l'incidence de la maladie est de 18 personnes infectées pour 100 000 habitants, la baisse des décès était de 11,1%.

Le nombre de personnes infectées par le VIH a également été analysé. L'année dernière, 2,5 millions de personnes ont été infectées, soit une baisse de 20% depuis 2001. Parmi les enfants, 330 000 ont contracté le virus en 2011, soit 24% de moins qu'en 2009.

Mais les données ne t'arrête pas là. L'ONU montre également que plus de huit millions de personnes ont pu avoir accès aux traitements antirétroviraux, un nombre record qui représente une augmentation de 20% par rapport à 2010. Bien que élevé, ne représente que 54% des 14,8 millions de personnes qui peuvent traitement. Selon le rapport, 40% des personnes de plus de 15 ans infectés par le VIH sont des jeunes jusqu'à 24 ans.

Malgré les bonnes nouvelles, 2011 a été aussi l'année où le nombre de personnes vivant avec le VIH a frappé dossier. Plus de 34,2 millions de personnes ont été infectées par le virus. Cela montre la nécessité non seulement d'augmenter la disponibilité des traitements pour les personnes atteintes du virus, mais aussi renforcer les mesures pour prévenir la maladie.

Savez-vous si la prévention du VIH?

Que le virus VIH peut être transmis lors des rapports sexuels sexe sans préservatif vous le savez probablement déjà. Ce qui suit d'autres formes de transmission. Rapport

sans éjaculation

Même avec l'absence de l'éjaculation lors des rapports sexuels, il est possible d'être infecté par le VIH sécrétion expulsé avant l'éjaculation ou par la sécrétion du vagin. Ce qui augmente encore le risque de transmission sont des facteurs tels que :. déficit immunitaire avancé, les rapports anaux réceptifs, les rapports sexuels pendant les règles et la présence d'autres maladies sexuellement transmissibles telles que la syphilis

Baiser

Le risque d'infection par le VIH Il est possible de s'embrasser tant que la personne infectée a une grave blessure aux gencives et des saignements dans la bouche. Cependant, il n'y a aucune preuve des études d'événement.

Oral Sex

Le sexe oral sans protection implique le risque d'infection par le VIH, ce qui peut être plus ou moins en fonction de la quantité de virus dans le sang de la personne infectée et le fait il y a des blessures dans la bouche de ceux qui pratiquent. Le risque, cependant, est plus faible comparé au sexe vaginal ou oral.


OMS, est nécessaire de rechercher de nouvelles technologies pour faire face au aegypti

OMS, est nécessaire de rechercher de nouvelles technologies pour faire face au aegypti

Lors d'une réunion au Secrétariat de veille sanitaire (SVS) du ministère de la Santé, le Directeur général de l'Organisation panaméricaine de la santé (OPS) à Washington, Carissa Etienne a déclaré que les actions recommandées à ce jour l'OPS / OMS pour faire face au moustique Aedes aegypti, vecteur de la dengue, la fièvre chikungunya et le virus Zika, se révéla inefficace et qu'il est nécessaire de rechercher de nouvelles technologies pour faire de cette confrontation.

(Santé)

Les enfants souffrant d'apnée sont plus susceptibles d'avoir des problèmes de comportement

Les enfants souffrant d'apnée sont plus susceptibles d'avoir des problèmes de comportement

Selon une nouvelle étude de l'Université de l'Arizona à Tucson, les adolescents et les enfants souffrant d'apnée du sommeil courent un risque accru de problèmes de comportement et d'apprentissage. L'étude a été publiée dans l'Académie américaine de médecine du sommeil .L'étude comprenait 263 enfants âgés de 7 à 15 ans qui ont été suivis pendant cinq ans.

(Santé)