aazsante.fr

Le Plus Grand Portail De La Santé Et La Qualité De Vie.

La relation entre l'obésité et la malnutrition

La relation entre l'obésité et la malnutrition

Il y avait un moment où l'enfant dodu était synonyme d'un enfant en bonne santé. D'une certaine manière, la société avait de bonnes raisons de croire en ce concept. C'était une époque où il n'y avait pas d'antibiotiques et on croyait que l'enfant potelé était plus fort et capable de résister aux infections. En outre, la malnutrition infantile au Brésil était le plus grand problème de santé publique du pays. Dans les années 70, environ 30% des enfants âgés de 5 à 9 ans étaient avec déficit de hauteur, un fort indicateur à long terme de la malnutrition dans l'enfance.

La malnutrition est une maladie causée par un manque d'apport alimentaire ou l'absorption des nutriments. Selon la gravité, la maladie peut être divisée en premier, deuxième et troisième degré. Il y a des cas très graves dont les conséquences peuvent devenir irréversibles, même si l'enfant est encore en vie. Cependant, la malnutrition peut être léger et traduire sans aucune trace de symptômes, une alimentation inadéquate.

Puisque l'obésité est une maladie qui conduit à une accumulation excessive de graisse corporelle et a de multiples facteurs de causalité. Un excès de calories et de nutriments ajouté au faible niveau d'activité physique est la principale cause de surcharge pondérale. Rappelant que l'obésité génétique correspond à une petite partie, ce qui représente 5% à 7% des cas d'obésité.

Le développement du Brésil et la moins inégale répartition des revenus au cours des dernières décennies ont apporté de meilleures conditions de vie pour la population. Avec de meilleures conditions financières, la population a commencé à consommer plus de produits et également des aliments industrialisés, favorisant ce que nous appelons la transition nutritionnelle. Réduire progressivement la produit prévalence de la malnutrition infantile et élevé, tandis que le surpoids et l'obésité sont devenus un problème majeur de santé publique.

Selon les données de l'Enquête sur le budget des ménages (EBM-IBGE) en quatre la prévalence du déficit de taille chez les enfants de 5 à 9 ans a diminué, alors qu'au cours des deux dernières décennies, il y a eu une augmentation explosive de l'excès de poids et de l'obésité dans ce groupe d'âge. Les taux d'obésité ont quadruplé chez les garçons (de 4,1% en 1989 à 16,6% en 2009) et chez les filles (de 2,4% en 1989 à 11,8% en 2009).

L'accumulation de graisse dans l'enfance provoque des changements hormonaux irréversibles dans le métabolisme hormonal, qui augmentent le risque de maladies congénitales concomitantes telles que le diabète, l'hypertension et le colmatage des artères. Divers types de cancer, les troubles orthopédiques et la diminution de la capacité respiratoire peuvent également être cités comme des conséquences graves de l'obésité.

Malgré le surpoids, les enfants sont en même temps mal nourris. C'est un type de malnutrition lié au manque de nutriments et pas nécessairement à la nourriture. La carence nutritionnelle des enfants obèses ou en surpoids est une conséquence des habitudes alimentaires basées sur la restauration rapide, les grignotines et les grignotines (aliments pauvres). en éléments nutritifs importants pour le bon développement de l'enfant) associé à de nombreuses heures d'inactivité.

, en plus de l'influence exercée par le régime alimentaire des calories vides, des études récentes prouvent que les carences en nutriments (vitamines, minéraux et acides gras essentiels) entraverait perte de poids et favorise encore plus de gain de graisse corporelle. Les micronutriments ont une grande influence sur l'augmentation ou la diminution du poids, car ils participent au métabolisme énergétique et à la sécrétion et à l'action de l'insuline parmi d'autres processus organiques.Pour inverser cette image, le changement commence à la maison avec l'amélioration des habitudes alimentaires de toute la famille. Les parents sont les premiers modèles pour les enfants. La première étape est de faire des repas équilibrés pleins d'aliments naturels et riches en nutriments, et pratiquer régulièrement l'activité physique. Vous n'avez pas à mettre votre enfant à nager deux fois par semaine depuis qu'il était petit. L'activité n'est pas toujours synonyme de sport. Être actif est géré, sortir, marcher, jouer et interagir avec l'enfant

Voici quelques éléments nutritifs qui méritent une attention particulière chez les enfants en surpoids et de l'obésité :.

Fer

Parmi les problèmes de santé infantiles les plus courantes l'anémie est l'une des carences les plus répandues dans le monde, en particulier dans les pays en développement. Les enfants en surpoids développent également une anémie ferriprive. Les mécanismes par lesquels l'obésité et la carence en fer sont interconnectées ne sont pas encore entièrement compris. Une faible consommation et des besoins accrus en fer peuvent être les principales causes de la pénurie.

Le fer est un nutriment clé pour l'organisme entier et participe à des processus vitaux tels que le transport de l'oxygène. Un symptôme couramment rapporté dans la carence en fer est la fatigue. Le sentiment de fatigue et de faible énergie a un impact sur le bien-être et altère les fonctions cognitives de la mémoire et de l'apprentissage de l'enfant. sources de fer sont la viande, les fruits de mer, les noix, les noix, les haricots, les graines et feuilles vert foncé.

Zinc

Les périodes de croissance rapide, comme dans l'enfance et l'adolescence, sont particulièrement vulnérables au manque de zinc alimentaire. Des études rapportent l'apparition de carence de ce minéral chez les enfants en surpoids / obèses. La faible concentration de zinc peut être causée par certains facteurs: forte consommation d'aliments riches en calcium (lait et produits laitiers) ou simplement par la faible consommation d'aliments contenant du zinc. Le zinc est un minéral essentiel pour la croissance et le développement. Il aide également à maintenir le système immunitaire pour lutter contre les maladies infectieuses. En outre, la carence en zinc peut encore augmenter le dépôt de graisse et réduire la masse corporelle, favorisant le mode de vie sédentaire et le gain de poids. Ainsi, il est nécessaire l'apport de sources alimentaires de zinc tels que la viande, les fruits de mer, la volaille, les arachides, les graines de citrouille, les noix et les châtaignes.

Calcium

Les enfants obèses ont une forte prévalence de la carence en calcium. L'absence de ce minéral dans l'enfance peut entraver la croissance et conduire à l'ostéoporose à l'âge adulte. La consommation de réfrigérant, principalement de cola, est l'une des principales raisons de la réduction du calcium dans les régimes alimentaires des enfants. Les boissons gazeuses sont riches en caféine, le sodium et le phosphore pour diminuer la quantité de cette substance dans le corps par l'action de blocage de calcium et augmentation de son élimination dans les urines. Selon une étude américaine, 57% des enfants de quatre à six ans consomment moins de calcium que nécessaire. Les bonnes sources de calcium sont: les sardines, le brocoli, les produits laitiers, graines de citrouille, graines de lin, graines de sésame, feuilles vert foncé

La vitamine A

carence en vitamine A est considérée comme un problème grave et selon. l'Organisation mondiale de la Santé, environ 2,8 millions d'enfants d'âge préscolaire dans le monde sont cliniquement affectées par hypovitaminose A. carence grave de cette vitamine se produit généralement chez les enfants souffrant de malnutrition ayant un faible poids, mais des formes plus douces de handicap peut être vu chez les enfants en surpoids. Les causes de la carence en vitamine A sont l'apport insuffisant de vitamine A et les épidémies infectieuses qui consomment la vitamine par le système immunitaire. Les produits d'origine animale sont des sources de vitamine A, tandis que les fruits et légumes jaunes et rouges sont des sources de provitamine A

Vitamine E

Des études montrent l'apparition d'une faible consommation et d'une diminution des taux sanguins d'alpha-tocophérol (vitamine E) chez les adultes et chez les enfants et les adolescents obèses. On sait que cette carence est associée à un risque accru de maladie cardiaque. Les bonnes sources de vitamine E sont des huiles végétales telles que l'huile d'olive et l'huile de canola et les graines comme le lin, la citrouille et le tournesol.

La vitamine C

Les enfants au-dessus du poids total a une mauvaise nutrition dans les fruits et les légumes, les principales sources naturelles de vitamine C. L'acide ascorbique est un micronutriment important pour la bonne croissance et le développement de l'enfant. Participe à la bonne fonction digestive, le système immunitaire et la formation du squelette, entre autres fonctions.

Les acides gras essentiels

Les enfants en surpoids / obèses n'a pas l'habitude de consommer les poissons gras, les oléagineux (comme les noix, les châtaignes, les arachides et les pistaches) et les graines (telles que le tournesol, le lin, le chia et le potiron), qui sont des sources de graisses importantes pour le système nerveux et immunitaire. Dans l'enfance, ses effets sont étudiés et des effets positifs ont déjà été observés dans l'asthme bronchique, les troubles neuropsychiatriques et les dysfonctionnements cérébraux. Certains acides gras essentiels comme les oméga 3 sont en mesure d'améliorer l'action de l'insuline et de ses ces déficits en effets bénéfiques sont réduits.

La vitamine D

Les enfants ne prennent pas le soleil autant qu'ils le devraient, ils le font plus d'activités en rue. Le mode de vie sédentaire fait que les enfants restent moins longtemps au soleil et c'est probablement la raison pour laquelle les personnes obèses ont de faibles taux de vitamine D dans leur sang. La vitamine D peut être produite par le corps lui-même par l'exposition aux rayons UV et le régime alimentaire occupe une faible partie des besoins quotidiens de la vitamine. Cette vitamine agit dans plusieurs zones du corps, et ses effets les plus connus sont de potentialiser l'action du calcium dans les os et de construire pour les défenses de l'organisme. Mais la relation entre la vitamine D et l'obésité n'a pas encore été complètement élucidée. On croit que la carence en vitamine D peut, entre autres facteurs, être causée par la forte demande de cette vitamine dans le processus inflammatoire causée par l'excès de graisse corporelle, puisque l'obésité est une maladie qui génère une inflammation dans le corps. quelques mauvaises habitudes qui contribuent à la prise de poids de l'enfant:

Ne pas avoir des temps fixes pour se nourrir et «pincer» tout au long de la journée. C'est dans les repas que l'enfant acquiert les principaux nutriments pour son bon développement. En outre, le pincement signifie généralement consommer des aliments non nutritifs tels que des grignotines et des sucreries.

Longues périodes de jeûne. La faim et l'appétit augmentent et l'enfant finit par manger davantage.

Faites quelques repas pendant la journée et en grands volumes. Le volume de l'estomac peut augmenter et aussi la quantité de nourriture que l'enfant peut manger.

  • Dormez tard et réveillez-vous tard. Le soleil et la nuit agissent dans notre métabolisme et changent les temps auxquels le corps a été programmé génétiquement, peuvent modifier de façon négative le contrôle de la satiété, le dépôt de graisse corporelle entre autres.
  • Ne pas avoir une bonne nuit de sommeil. La privation habituelle d'un sommeil régénérateur entraîne des changements hormonaux importants pour contrôler le poids de l'enfant. Les substances qui stimulent l'appétit sont produites en plus grande quantité, tandis que la sécrétion des substances qui augmentent la satiété est réduite. Cela se traduit par plus de faim, moins de satiété et moins de contrôle sur la consommation de sucreries. De plus, l'enfant devient de plus en plus somnolent et fatigué pour pratiquer une activité physique, réduisant ainsi ses dépenses caloriques et son bien-être.
  • Ne mangez pas au petit-déjeuner. L'enfant va compenser pendant la journée ou la nuit, et généralement avec des options bien caloriques.
  • Remplacer les repas par des collations. Manger uniquement des collations ne répond pas à tous les besoins nutritionnels de l'enfant.
  • Mangez devant la télévision, le jeu vidéo et d'autres appareils électroniques. Il est nécessaire d'évaluer le moment des repas. Manger sans prêter attention à ce que vous mangez mène à manger plus de nourriture que nécessaire.
  • Ne faites pas d'exercice. Le mode de vie sédentaire favorise de mauvaises habitudes alimentaires et l'accumulation de graisse corporelle.
  • Ne pas répartir les aliments.
  • Avoir un paquet de biscuits, de maïs soufflé ou de pain grillé à manger, sans en déterminer une portion individuelle, favorise la consommation de plus de nourriture.
  • Avoir une armoire remplie de sucreries et de collations à la portée de l'enfant. Quand le libre accès à la «connerie» fait partie de la routine de l'enfant, il lui est difficile de connaître la limite pour ne pas grossir et ne pas exagérer.
  • Il suffit de boire des jus de fruits plutôt que de manger les fruits. En mangeant le fruit dans la nature, le corps reçoit une plus grande quantité de fibres, ce qui, associé à la mastication, favorise la satiété. La libération de sucre dans la circulation sanguine se produit plus lentement par rapport à l'apport du jus, ce qui maintient l'énergie plus longtemps. De plus, pour préparer un bon jus, il faut des portions plus grandes du fruit, ce qui le rend plus calorique.


    Les enfants peuvent aussi être végétariens?

    Les enfants peuvent aussi être végétariens?

    Le végétarisme génère souvent de la méfiance envers la population et les professionnels de la santé. Quand il s'agit de ce régime pour les enfants, la plupart des gens sont sceptiques de croire qu'un menu sans viande contient des niveaux adéquats de nutriments. Même ceux qui suivent un régime végétarien pendant de nombreuses années, quand ils deviennent parents, demander l'aide d'un professionnel qualifié afin que vos enfants ne développent pas les carences nutritionnelles.

    (Famille)

    Effets oraux de l'allaitement maternel

    Effets oraux de l'allaitement maternel

    L'allaitement peut aider à favoriser la croissance des dents alignées chez l'enfant, suggère une étude australienne. Les morsures ouvertes, les supraclusions et les désalignements dentaires modérés sont moins fréquents chez les enfants allaités. principalement ou exclusivement allaités. Mais les auteurs ont rapporté dans l'étude que l'utilisation de sucettes a modifié ces associations.

    (Famille)